Crise et déradicalisation: Les rebelles syriens d’Ahrar al-Sham

Thomas Pierret

Research output: Contribution to journalArticle

Abstract

Principale faction rebelle syrienne, Ahrar al-Sham est fondé début 2012 par des militants jihadistes libérés l’année précédente de la prison de Seydnaya. D’emblée, le mouvement engage une dynamique de déradicalisation qui le différencie d’al-Qaeda et de l’État Islamique d’Irak dans sa relation au reste de l’opposition, aux États régionaux, et aux objectifs du soulèvement de 2011.
Cette déradicalisation ne s’est pas opérée en dépit de la guerre civile mais, à l’inverse, à cause de cette dernière. Confrontés au phénomène inédit d’une large mobilisation populaire armée, les fondateurs d’Ahrar al-Sham operant une révision critique de l’avant-gardisme jihadiste et se rallient à une lutte définie comme une revolution syrienne plutôt que comme une simple étape du jihad
global. Combinée à un partenariat étroit avec la Turquie et le Qatar, cette mise à distance de l’internationale jihadiste, confortera la dynamique de déradicalisation du mouvement.
Original languageEnglish
Pages (from-to)43-49
Number of pages7
JournalConfluences Méditerranée
Issue number94
DOIs
Publication statusPublished - Sep 2015

Fingerprint

Dive into the research topics of 'Crise et déradicalisation: Les rebelles syriens d’Ahrar al-Sham'. Together they form a unique fingerprint.

Cite this